Découvrir une langue à travers la littérature de jeunesse, c’est inviter les élèves à se créer des référents culturels, basés sur la magie des illustrations, la sonorité des mots et les émotions ressenties à la lecture d’une histoire.

Petit dragon de Christoph Niemann fait partie de ces albums qui combinent originalité, universalité du thème (l’amitié) et apport culturel. Cette histoire d’amitié entre une petite fille, Lin, et son dragon nous entraîne à la découverte des idéogrammes chinois de manière insolite : les personnages, les mots clés, au delà de leurs représentations figuratives, sont habilement habillés des caractères chinois qu’ils représentent.

Afin de prolonger cette initiation aux caractères chinois, plusieurs pistes sont envisageables :

  • exercer le geste d’écriture aux tracés des idéogrammes chinois en arts visuels mais aussi grâce à l’application Chinese Class de Monkimum (disponible gratuitement sous Android et systèmes iOS) qui a la particularité d’ajouter la prononciation aux mots calligraphiés,
  • développer la discrimination visuelle de certains caractères chinois en jouant au Mahjong, un jeu traditionnel d’Asie Orientale qui se joue à quatre, avec des pièces appelées tuiles.image
  • Ou encore, créer un jeu de memory  basé sur  l’histoire afin d’associer calligraphie (discrimination de formes) et référent imagé.

Libre à vous, ensuite, d’explorer d’autres facettes de la culture chinoise à travers ses contes et légendes, sa musique traditionnelle ou encore ses monuments emblématiques.

Bon voyage !

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités