Recherche

Lingu@tic'

Les histoires de Monsieur et Madame

Connaissez-vous ces drôles de petits personnages dont les noms de famille sont des trait de caractère ? Pour rappel, et à titre non exhaustif, on peut citer M.Malchance, M.Glouton, M.Chatouille, Mme Têtue ou encore Mme Coquette.

Outre l’intérêt lexical que ces petits albums présentent, notamment sur les adjectifs qualificatifs pour la description du caractère, ils permettent aussi d’envisager un travail sur l’association entre le mot et l’image, sur les contraires. Chacun peut imaginer dresser son portrait en dessinant un personnage de Monsieur, Madame et en choisissant l’adjectif qui le caractérise le plus. La conception d’une couverture d’album dans différentes langues semble envisageable, notamment en cycle 3, ce qui enrichira le vocabulaire.

L’aventure peut se prolonger également sous une autre forme : comparer des versions étrangères de ces albums en partant de l’expression faciale ou corporelle des personnages pour anticiper sur la compréhension du titre et valider les hypothèses par la recherche de ces ouvrages en français.

Enfin, il est possible, d’un point de vue culturel, de situer ces albums sur un planisphère en fonction de la langue d’origine (et de porter à la connaissance des élèves les liens qui unissent certaines langues en s’intéressant à l’étymologie des mots ou encore à leur alphabet.

Article mis en avant

Un cadeau pour les correspondants

img_3333-min-copie

Les élèves de Grande section et de Cour préparatoire de Mme Claire Grégoire à Cour Cheverny ont écouté et répété les mots « Bonne année » dans différentes langues. Puis, chaque élève a choisi dans quelle langue il souhaitait les écrire : français, anglais, espagnol, portugais, italien ou chinois. Ils se sont entraînés individuellement à écrire « Bonne année » en capitales d’imprimerie pour les élèves de grande section et en cursive pour les élèves de Cour préparatoire. Ils ont ensuite réalisé une affiche où chaque élève a pu écrire ces mots dans la langue choisie et signer en écrivant son prénom. Cette affiche a été offerte aux correspondants lors de leur visite à l’école de Cour Cheverny.

Paddington au pays des matriochkas

Comment susciter l’engouement de jeunes élèves pour une culture étrangère, une langue éloignée de la leur ? Créer la surprise, interroger l’écrit, découvrir des objets culturels grâce à une mascotte voyageuse…C’est ainsi que des élèves de GS découvrent la Russie et s’intéressent aux aventures de la mascotte dans le célèbre cirque Nikouline de Moscou. Un parallèle avec leur propre vécu puisqu’ils participent à une classe découverte sous un chapiteau !

Enfin, nous avons eu des nouvelles de Paddington ! Nous avons quitté notre mascotte voyageuse au Japon aux vacances de février. Aujourd’hui, c’est en Russie que nous le retrouvons. Comme à son habitude, il nous a envoyé un colis dans lequel nous avons découvert des indices sur sa destination, à commencer par une lettre…

IMG_4349

Plusieurs éléments ont attiré l’attention des enfants, à commencer par l’écriture en haut du courrier, à la fois différente et proche de notre alphabet…quelques mots ont également résonné en eux à la lecture du texte : Moscow, Russia et Circus. Certains ont reconnu le drapeau russe sans le nommer mais en allant chercher la poupée des bonjours correspondante et  qui nous aide chaque matin à nous saluer. Enfin, les premières lettres du mot Paddy ont été comparées à l’étiquette de présence de Paddington pour vérifier l’expéditeur de la lettre. L’empreinte d’ours ayant fini de les convaincre.

Dans le paquet, Paddington avait aussi glissé des histoires bilingues franco-russes (les enfants ayant observé quelques lettres identiques à celles relevées sur le courrier), une matriochka (une poupée gigogne qui en enferme quatre autres plus petites et que les enfants ont comparée aux kokeshis découvertes lors du précédent voyage de Paddington), un petit drapeau et quelques photos du cirque Nikouline dans lequel il s’initiait aux arts du cirque pour suivre l’aventure des enfants.

IMG_4350

Tous ont pu démontrer des compétences naissantes dans la reconnaissance des sonorités étrangères, la prise d’indices visuels dans les mots écrits et une ouverture et une curiosité envers une autre culture.

Un jeu en espagnol avec les parents

En décembre, dans le cadre d’un projet pluridisciplinaire, les enfants de petite et moyenne section de Christelle Robert-Boquet de Cour Cheverny ont écouté et répété des mots en espagnol. Ils ont appris à dire bonjour, à chanter un chant de Noël et ils ont cuisiné une recette traditionnelle que de nombreux espagnols préparent pour Noël : los polvorones. Dans un premier temps, ils ont regardé une vidéo d’une femme espagnole qui expliquait la recette en langue espagnole en présentant en même temps les ingrédients, les ustensiles et les étapes de la recette. Cette vidéo a été projetée plusieurs fois à l’aide du vidéoprojecteur. Dans un second temps, les enfants ont écouté et répété le nom des ingrédients en espagnol. Les enfants étaient motivés pour se concentrer et répéter correctement les mots puisqu’ils devaient ensuite les dire aux parents. Enfin, une dizaine de parents est venue dans la classe pour un atelier cuisine, pour aider à préparer los polvorones. Ils ont joué à un jeu de devinettes. Les enfants leur ont dit plusieurs fois le nom de chaque ingrédient en espagnol en présentant en même temps la photographie de chaque aliment. Puis, les enfants ont dit le nom des ingrédients en espagnol sans l’aide des photographies et les parents ont essayé de présenter pour chaque ingrédient la photographie correspondante. Ce petit jeu fut un moyen ludique de valoriser les enfants. Les parents s’y sont prêtés avec plaisir.

recette-espagnole-parents

Eveil aux langues

Quelques sites pour aider à se lancer

imgres1

Vous trouverez, dans ce site ÉLODiL pour le préscolaire, plusieurs situations d’apprentissages regroupées selon trois thèmes. Ces situations d’apprentissages sont elles-mêmes constituées d’une ou plusieurs rencontres, comprenant diverses activités. Par ailleurs, des activités de prolongement et de réinvestissement sont proposées à la fin de chaque situation d’apprentissage.

Liste complète des situations d’apprentissages par thèmes:

Thème 1: Éveil aux langues

Les fleurs des languesimage
Comptines
Joyeux Anniversaire, Zou !
Un monde sur un bout de papier

Thème 2: Métaphonologie plurilingue Zouk le robot

Le retour de Zouk
Ninon la guenon
Les détectives

Thème 3: Développement du langage oral (7 activités)

Cliquez ici pour une description détaillée de la situation d’apprentissage des toutous

1- La classification des toutous
2- Les toutous du monde: Activité d’éveil aux langues
3- Les petits détectives
4- Le toutou perdu rencontre 1
5- Le toutou perdu rencontre 2
6- Le passeport du toutou
7- La murale et la parade des toutous

canon vidéo multilingue et interactif de la chanson Frère Jacques

Voyage virtuel au pays des bonjours

Saluer en différentes langues, y associer des gestes culturels et découvrir des pays lointains ou proches à travers des poupées traditionnelles… voilà de quoi ravir les plus jeunes et les inviter à s’amuser et à voyager.

Dans un premier temps, les élèves découvrent une affiche sur laquelle des enfants se saluent dans différentes langues en exécutant un geste intimement lié à leur culture : frottement de nez pour les inuits, salut de la main ou poignée de mains pour les Etats-Unis ou la France, mains liés pour la Chine ou l’Inde…chacun s’interroge également sur le drapeau accroché aux vêtements des personnages ; l’occasion de repérer sur le planisphère les pays mentionnés.

Puis vient le moment où les élèves exercent leur acuité auditive : une série de courts enregistrements (saluts de différentes personnes dans les langues de l’affiche et des poupées de la classe) qui vont permettre de définir si la langue est proche du français ou éloignée, qui vont également donner l’occasion de mettre en bouche ce que les uns et les autres ont perçu…

Enfin, chacun s’exerce, répète, joue avec un camarade à saluer dans la langue de son choix et à y associer le geste correspondant. Quand tout le monde se sent prêt, un projet de voyage virtuel est proposé et explicité aux enfants. Grâce à deux applications,  Green Screen (pour l’incrustation de l’image de fond) et iMovie (pour le montage vidéo), chacun a pu donner le change et voyager à moindre frais !

Saurez-vous reconnaître les langues choisies et les villes visitées ?

Organiser une classe découverte à Londres, c’est possible!

Vous souhaitez organiser une classe découverte à l’étranger mais vous ne savez pas trop si c’est possible et quelles sont les démarches. Voici l’exemple d’une classe découverte à Londres organisée par les écoles d’Ouzouer le Marché/Saint Laurent des Bois (41).

En effet, ils ont organisé un séjour de 4 jours (2 nuits sur place / 1 nuit en bus) en famille d’accueil. Pour cela, ils ont eu l’appui de la FOL de l’Indre.

Le coût du séjour est de 265 euros par enfant.Pour financer ce projet, la communauté de commune a participé à hauteur de 130 euros par enfant, les parents ont versé 100 euros. (mise en place d’un paiement échelonné de novembre à avril) et pour compléter, les écoles ont mené des actions : vente de gâteaux, brocante…

Ce qu’il faut faire avant de partir :

-Effectuez les réservations un an avant le départ (pour un groupe de 75 élèves).

-Vérifiez les cartes nationales d’identité, les cartes vitales européennes.

-Achetez des devises

Exemple du programme des élèves pour ces 4 jours :

1er jour : Voyage

Départ à 5h00, pour un départ sur le ferry à 14h20. Passage par Canterbury, arrivée dans les familles pour 19h00.

2eme jour : Visite de Londres

Promenade le long de la Tamise, vues et arrêts possibles à Big Ben, Maisons du Parlement, Webminster Abbey, Buckigham Palace, Trafalgar Square, Picadilly Circus

3eme jour : Visite de Londres / retour

Visite de la Tour de Londres et passage sur Tower Bridge. Retour en fin d’après-midi, pour un voyage de nuit.

4eme jour : arrivée à l’école au petit matin.

 

A l’heure du Nouvel An chinois

 

 

Dragon, pétards et défilé…autant d’images qui nous viennent à l’esprit pour caractériser les célébrations du Nouvel an chinois. Mais connaissez-vous bien cette fête ? Voici quelques éléments et suggestions pour en apprendre davantage.

img_3954

Très ancrées dans de nombreux pays d’Asie, les célébrations du Nouvel an chinois peuvent varier d’une région à l’autre. Cet événement, très prisé des familles par son aspect convivial, débute généralement une semaine avant le jour J et est généralement précédé d’un grand nettoyage de printemps.

Parmi les traditions associées à ces célébrations, notons l’adieu au « génie du foyer ». Selon les chinois, chaque famille possède un génie protecteur. Celui-ci repartirait au ciel pour rapporter à l’Empereur de Jade les bonnes et les mauvaises actions commises par la famille pendant l’année qui s’est écoulée. C’est pourquoi chaque famille procède à la cérémonie d’adieu au Génie du Foyer. Pour obtenir les faveurs du Génie, ils déposent des offrandes devant sa photo. Ce sont en général des bonbons, pour coller la bouche au génie et l’empêcher de dire du mal d’eux à l’Empereur !

img_3955

Les traditions du jour du nouvel an sont nées d’une vieille croyance chinoise, selon laquelle il existait un monstre cruel appelé Nien qui dévorait les gens la veille du nouvel an. Comme Nien craignait le bruit, la lumière et la couleur rouge, les chinois faisaient exploser des pétards toute la journée, allumait des lanternes et plaçaient sur leur porte d’entrée une bande de papier rouge pour l’éloigner.

img_3953

Ces coutumes ont perduré à travers le temps, et c’est ainsi que de nos jours les enfants reçoivent des étrennes de leurs aînés dans des enveloppes rouges, qu’ils allument des pétards, des feux d’artifice, des lanternes et collent un peu partout dans leur maison des morceaux de papier rouge sur lesquels ils écrivent leurs souhaits pour la nouvelle année.

img_3951

Si vous souhaitez traiter ce thème en classe, voici quelques albums de littérature jeunesse qui se prêtent bien à cette découverte. Le premier présente la légende à l’origine du Nouvel an chinois et le second vous initie au calendrier chinois et à ses douze signes animaliers.

L’année 2017 sera placée sous le signe du coq de feu. Alors, pourquoi ne pas découvrir son signe astrologique chinois ou encore s’amuser à entendre le cri du coq dans plusieurs langues et lui associer l’onomatopée correspondante. Le site esl.fr vous propose une banque de sons pour travailler ce dernier point.

春节快乐!Xin nian kuàilè! – Bonne Année !!

Semaine des langues à Cour Cheverny

Dans le cadre de la semaine des langues, les élèves de petite et moyenne section de Christelle Robert-Boquet ont réalisé un arbre polyglotte. Ils ont chacun crée une fleur et un fruit avec l’ASEM Sophie Hermelin et dicté individuellement à l’enseignante le nom des langues connues à la maison et découvertes tout au long de l’année en classe. Les élèves ont travaillé sur leur biographie langagière. Sur chaque pétale, l’enseignante a écrit devant l’enfant le nom d’une ou de plusieurs langues. Le pétale rouge représente les langues dans lesquelles l’enfant sait dire « bonjour », le pétale jaune représente les langues dans lesquelles il comprend ce mot, le pétale orange représente les langues dans lesquelles il a entendu le mot « bonjour » et le pétale bleu représente les langues dans lesquelles il a vu ce mot écrit.

IMG_8671 2.JPG

Ainsi, chaque enfant a une fleur unique. Ceci contribue à ce que chaque élève ait une place au sein de la classe et se sente valorisé quel que soit sa langue ou son appartenance culturelle. Ce projet qui reconnaît le plurilinguisme et le pluriculturel peut contribuer au développement de l’estime de soi de chaque enfant. Celle-ci est fondamentale pour qu’il apprenne et réussisse à l’école. Ce projet est un des aboutissements d’une démarche menée sur l’année (voir sur ce site « Une année d’éveil aux langues : un portfolio en maternelle »). Elle permet également de travailler le vivre ensemble, enjeu majeur de nos sociétés. Dans cette optique, l’arbre polyglotte a été exposé dans la cour de l’école pour la semaine des langues et pour la fête de fin d’année en juin.

 

Dans les quatre classes de maternelle, David Moisy qui a travaillé avec des enfants sourds et est membre de l’association CAIS de Blois (Centre d’action et d’information sur la surdité) est venu présenter la langue des signes aux enfants. Les élèves de petite section de Laurine Herpin ont pu apprendre à signer en langue des signes le nom d’animaux, les élèves de petite et moyenne section de Christelle Robert-Boquet ont appris à signer des mots simples (tartiner une tartine de chocolat, manger une tartine, demander du chocolat, conduire une voiture, un camion). Ils ont observé l’alphabet en langue des signes et signé leur prénom. Dans les classes de moyenne et grande section de Catherine Eraud et de grande section de Claire Grégoire, ils ont découvert en langue des signes le vocabulaire de la politesse, des jours, des couleurs, de quelques animaux, de quelques aliments et ils ont utilisé des mots pour comparer (plus, moins, autant, différent, pareil). Dans la classe des grands, une enfant est sourde mais n’utilise pas la langue des signes. Ce fut très intéressant pour les élèves de l’école de découvrir un autre mode de communication.

IMG_1018.PNG

Christelle  Robert-Boquet

La diversité, ça s’apprend!

Julie Noël, enseignante en CE2 à Paris, a mené un projet avec ses élèves sur les origines et l’histoire de leur famille. Cette expérience a été filmée, donnant lieu à un documentaire, nommé « photo de classe », sur la diversité à l’école.

capture-decran-2017-01-07-a-11-49-17

Photo de classe, ce sont des débats philosophiques au cours de l’atelier « langue », autour du racisme, de l’immigration, des symboles de la France,… , mais c’est aussi une construction du vécu collectif de la classe grâce à l’histoire de chacun.

L’équipe souhaitant que l’expérience « photo-de-classe » se poursuive dans d’autres classes, ils ont conçu un kit pédagogique que vous retrouverez ici :

capture-decran-2017-01-07-a-11-51-39

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑